view counter
 
view counter
 
 

La merveilleuse sensation du succès

Trot Feature - HOF Blissfull Hall

Vingt années déjà ont passé depuis le jour où Blissfull Hall a couru le Little Brown Jug, affrontant ses rivaux lors d’un après-midi épique pour ces temps-là.

Mais pour les passionnés de courses attelées, et son entourage, les souvenirs de ce jour, demeurent vifs. Par Paul Delean // Traduction Louise Rioux

L'homme d'affaires québécois, Daniel Plouffe, en éprouve encore des frissons en regardant en reprise la finale du Little Brown Jug de 1999.

Il était près de la piste en ce jour de septembre, un parmi les 50 000 personnes et plus ayant fait le pèlerinage au Delaware County Fairgrounds en Ohio, pour être témoin d'une course qui allait cimenter le statut de superstar de son ambleur Blissfull Hall, trois ans, et qui sera intronisé cette année au Temple de la renommée des courses de chevaux.

Plouffe, propriétaire d'une chaîne de supermarchés dans les Cantons de l'Est du Québec, avait nolisé un avion privé pour y amener un groupe de huit personnes pour sa première participation au Jug.

" Nous sommes arrivés à Columbus le soir précédent, nous y avons dormi, puis nous sommes rendus à la piste tôt le lendemain matin parce que tout le monde nous disait que nous risquions des embouteillages de la circulation autrement. Plus la foule grossissait, plus je devenais nerveux, parce que je réalisais alors l'enjeu de cette course. Il y avait des gens tout autour de la piste, et partout, il y avait des caravanes de camping. L'énergie qui régnait était incroyable, ", se rappelle Plouffe, aujourd'hui âgé de 58 ans.

Blissfull Hall a débuté sa carrière à trois ans, lentement, mais s'est présenté au Jug avec six victoires et une deuxième place lors de ses sept départs précédents, et parmi celles-là, une victoire impressionnante au Cane Pace à Freehold.

Panderosa avait dominé la division en début d'année, s'emparant de la North America Cup ainsi que du Meadowlands Pace, mais voilà que Blissfull Hall s'était manifesté en formidable adversaire.

Il y eut trois courses éliminatoires pour le Jug, et la chance a voulu que Blissfull Hall et The Panderosa se retrouvent dans la même, alors que le poulain de Plouffe se trouva à la septième position avec à ses côtés et à l'intérieur, grand rival. Au départ, leurs chances de gagner étaient pratiquement identiques.

" Je ne croyais pas que The Panderosa aimerait la piste d'un demi-mille, " selon le conducteur de Blissfull Hall, Ron Pierce, qui, lors de son premier départ derrière le poulain, remporta la victoire sur The Panderosa par une cote de 27/1 dans une course élimination du Meadowlands Pace.

Le duel tant attendu en Jug fut terminé en quelques secondes seulement. The Panderosa a cassé dès le départ. Seule, une habile manœuvre de la part de Pierce a permis à Blissfull Hall d'éviter l'interférence pour s'établir en tête, position qu'il a maintenue durant le mille amblé en 1 :53. " J'ai dû sauter du sulky rapidement pour ne pas accrocher sa roue. Cela nous a coûté quelque deux longueurs, " de dire Pierce.

Les trois premiers arrivés dans les trois courses éliminatoires se sont qualifiés pour la seconde épreuve, et on s'attendait à ce que ce soit une croisière pour Blissfull Hall. Mais ce n'est pas ce qui arriva. Rapidement relayé par le détenteur de pole Mystical Shark et son conducteur Jack Moiseyev, Blissful Hall s'est fatigué dans le droit et est descendu en troisième position. Puisque le méconnu Looking For Art avait gagné la deuxième épreuve, les vainqueurs des quatre préliminaires reviendraient pour une troisième épreuve qui déciderait du titre.

" Je me rappelle être allé au paddock après la seconde épreuve, " dit Plouffe. " J'étais déçu. Le cheval n'avait pas répondu de la façon à laquelle nous nous attendions. J'ai demandé à l'entraîneur Ben Wallace, ce que nous allions faire en troisième épreuve. Ben dit, 'Ne t'en fais pas, notre cheval est en bonne forme, personne n'a la vitesse qu'il a,' puis il pointa dans la direction de Ronnie Pierce. Il était assis, seul, la tête penchée, fixant le plancher. Il ne semblait pas stressé, il ne faisait que se concentrer. Il savait ce qu'il allait faire. Il savait pourquoi il avait été battu en seconde épreuve. Je me suis immédiatement senti rassuré quant à nos chances. "

Dans la course à quatre, Pierce a dirigé Blissfull Hall à l'arrière du peloton, et y est resté tout au long de la première demie sans précipitation. Dans le droit arrière, il est sorti et a suivi Royalflush Hanover à l'extérieur, puis déclenché ce que Wallace appelle " un aussi bon spectacle de course de chevaux qu'il n'y en a jamais eu en finale du Jug, " à trois de large aux trois-quarts de mille, il s'est emparé de la tête devant Mystical Shark avant le dernier tour repoussant Looking For Art dans le droit et ainsi sécurisant l'un des trophées les plus prisés du sport.

" Je savais que nous avions le meilleur cheval, il me fallait simplement le lancer au bon moment, " dit Pierce. " Nous avons relaxé, je les ai laissés faire ce qu'ils voulaient devant, puis ce fut le temps pour moi de bouger. " Plouffe pouvait à peine en croire ses yeux.

" Il les a passés à une vitesse incroyable. Quand il s'agit de votre cheval, la sensation est indescriptible. "

Normalement de nature non démonstrative, Plouffe s'est laissé aller ce jour-là. " Il s'est précipité dans les bras de Ben Wallace, puis il m'a levé de terre, " se rappelle son ami et invité, Gord Pupil.

Plouffe a dit que ce moment historique fut très spécial. " Vous regardez les noms des entraîneurs et des chevaux ayant gagné la course auparavant, et ce sont tous des noms prestigieux du sport, et nous voilà parmi eux, " a-t-il dit au Montreal Gazette, quelques minutes après la course.

" Ce que ce cheval a accompli ce jour-là, est remarquable, " de dire Wallace. " Il est allé en piste à quatre reprises, puisque je l'y avais ramené une fois entre les courses. Il y avait beaucoup de temps entre les courses et je ne voulais pas que ce soit trop long pour lui. Je n'avais jamais fait cela avant, et ne l'ai jamais refait depuis. Qu'il ait couru aussi admirablement et courageusement comme il l'a fait, après tout cela, fut définitivement le point culminant de cet été-là. "

Wallace dit que Blissfull Hall était un " cheval complet. Il avait tout pour lui. Il était compétitif, mais un vrai gentleman en piste et en écurie. Ses soins vétérinaires cet été-là, furent insignifiants; il fonctionnait sur sa propre constitution. Les choses n'ont pas toujours bien été pour lui, mais proche. Je me souviens de notre course à Balmoral lors de l'American National stake. Il faisait environ 100 degrés, et de nombreux chevaux étaient incommodés par la chaleur. Il a établi un record de 'stake'. Je suis retourné à l'écurie pour voir comment il se rafraîchissait. Il ne se tenait pas la tête dans le coin, il était droit debout dans la stalle, essayant de déchirer le seau de nourriture au mur. J'ai dit à Gilles Roy, le soigneur, nous avons tout un grand cheval. Il m'était cher depuis le début puisque j'étais là quand nous l'avons acheté et il ne me fut jamais enlevé. Dan Plouffe me l'a toujours laissé à gérer. Ce fut très gratifiant. Dans le sport que nous pratiquons aujourd'hui, bien des propriétaires croient que quelqu'un d'autre fera un meilleur travail. "

Trois semaines après la Jug, Blissfull Hall s'est saisi de la course éliminatoire ainsi que de la finale du Messenger Pace à The Meadows, devenant ainsi le neuvième cheval à gagner la North America's Triple Crown of Pacing , et empochant un boni de 250 000 $

" J'ai participé à de nombreuses courses à haut niveau de pression au cours de ma vie, et habituellement, cette pression ne m'affecte pas beaucoup, mais je ne sais pas pourquoi, je l'ai ressentie ce jour-là, " dit Pierce. " J'étais quelque peu inquiet jusqu'au moment où j'ai vu Ben réchauffer le cheval et que celui-ci ne pouvait pas mieux paraître. Cela, après trois épreuves éliminatoires. Les chances d'être aussi bons après cela sont de 50-50. Quand il est sorti du droit, c'est comme si tout le poids de la grande tribune se soulevait de mes épaules. Quelle sensation extraordinaire que de gagner la Triple Couronne. "

De tous les chevaux qu'il a conduits, Pierce dit que le seul autre qui pouvait atteindre une si grande vitesse et très rapidement, à la Blissfull Hall, fut Shady Daisy.

" Il pouvait démarrer instantanément. Il était un formidable petit cheval, qui vient en tête de liste des meilleurs que j'ai conduits; il était tout un concurrent dans toutes ses courses. Rick Zeron, qui l'a conduit à deux ans, et Ben Wallace, ont fait un superbe travail avec lui; il savait tout et il était très professionnel quand je l'ai eu. "

Blissfull Hall a gagné 1,3 K $ dans sa champagne de trois ans, inscrivant 15 victoires y compris les finales du Jug, Cane, Messenger et American National ainsi qu'une division du Simcoe Stakes. Il a couru sur dix pistes différentes et a gagné sur neuf d'elles, abaissant plusieurs records de piste et de courses 'stakes'. En 21 participations consécutives à des courses 'stakes, entre les mois de juin et décembre, il a terminé parmi les trois premiers à 20 reprises. Au Canada, il a été nommé cheval de l'année, et aux États-Unis, ambleur de l'année.

" Le crédit en revient à Ben. Il a réellement bien géré ce cheval. Et d'avoir Ron comme conducteur (sur la recommandation de Luc Ouellette, qui avait dû décliner à cause d'engagements antérieurs), a été la pièce finale du casse-tête. Ce ne pouvait pas être un meilleur choix " dit Plouffe, qui avait payé 47 000 $ (U.S.) pour le fils de Cambest - son plus gros investissement pour un poulain - à l'encan Tattersalls du Kentucky.

Envoyé à la reproduction après sa saison de championnat, Blissfull Hall a poursuivi une brillante deuxième carrière, engendrant les gagnants de plus de 74 M $ sur deux continents au cours de deux décennies.

Maintenant âgé de 22 ans il est à la retraite de ces fonctions-là, et mène une vie tranquille à la Saga Farm au Kentucky, là où Plouffe lui a rendu visite l'automne dernier.

" Je suis tellement heureux qu'il soit nommé au Temple de la renommée, " de dire Plouffe. " Cela fait maintenant 20 ans, mais on me reconnaît encore aux encans grâce à lui. De nombreux amis et contacts, qui sont toujours là, me sont venus grâce à ce cheval. "

Il reste actif en Standardbred, possédant des parts dans environ 15 chevaux, y compris la trotteuse et poulinière de 3 ans, gagnante de 'stakes', Top Expectations, mais il ne s'attend pas à en avoir un autre comme Blissfull Hall du reste de sa vie. " C'est un rêve que d'avoir un tel cheval, avec une aussi grande carrière tant sur la piste qu'à la reproduction. "


view counter
 
 
 

© 2018 Standardbred Canada. All rights reserved. Use of this site signifies your agreement and compliance with the legal disclaimer and privacy policy.

Firefox 3 Best with IE 7 Built with Drupal